Stéréotypes, préjugés et discriminations sexistes

Qu'est-ce que le sexisme ?

Le sexisme est l'utilisation des différences physiques et biologiques entre les sexes comme prétexte pour établir des différences de statut, de position, de droits... entre garçons et filles, hommes et femmes. Cette utilisation des différences se traduit par des paroles, des gestes, des comportements ou des actes qui excluent, marginalisent ou infériorisent un sexe par rapport à l'autre. Ce terme renvoie presque toujours à la domination, consciente ou non, des hommes sur les femmes (Discrimination toi-même, Ministère de la Communauté française de Belgique, 2010).

On trouve deux types de sexisme : 

  • le sexisme hostile, qui implique des émotions négatives envers les femmes
  • le sexisme bienveillant, une idéologie chevaleresque qui offre protection et affection aux femmes qui adoptent leur rôle traditionnel. Parce que le sexisme bienveillant peut prendre l'apparence, de façon superficielle, d'un regard positif sur les femmes plutôt qu'une forme de préjugé, il peut ne pas être remarqué ou peut même être perpétué par les femmes elles-mêmes.

 

Conséquences du sexisme

  • Les stéréotypes sexistes présentent comme normaux, naturels, des faits qui ne le sont pas et naturalisent donc les faits sociaux. Par exemples, on considère que les filles sont douces et les garçons agressifs.
  • Les stéréotypes sexistes tendent à renforcer la différenciation sexuée des activités et des rôles sociaux en confortant des idées toutes faites démenties par la réalité. On peut par exemple citer le cliché de l'ingénieur représenté en personne masculin, coiffé d'un casque et chaussé de bottes, évoluant sur un chantier, alors que la plupart des ingénieurs travaillent dans des bureaux.
  • Les stéréotypes sexistes créent des attentes et des attitudes différentes vis-à-vis des filles et des garçons. Ainsi, on considère généralement que les garçons seraient plus doués pour les mathématiques et les filles pour le français et on différencie l'aptitude aux différentes disciplines en fonction du sexe.
  • Les stéréotypes sexistes servent à justifier les inégalités dans l'emploi, dans l'accès aux loisirs, aux sports... Par exemple, l'écart salarial annuel brut entre femmes et hommes est de 22%.
  • Souvent les stéréotypes sont à l'origine de préjugés (attitudes négatives), générant de la discrimination (comportement négatif, de rejet...). 
  • Les stéréotypes sexistes varient en fonction du temps et de l'espacePar exemple, la profession de secrétaire, masculine au XIXe siècle, féminine au XXe siècle, s'ouvre à nouveau aux hommes en ce début de XXIe siècle. Certaines professions se sont féminisées comme celle de médecin ou d'avocat, d'autres se masculinisent comme celle de sage-femme ou d'institutrice maternelle.

Ainsi, dès la première maternelle, il serait intéressant de confronter les enfants à la mixité, aux jeux "asexués" et aux livres sans stéréotypes de genre afin d'éviter un enfermement rapide dans la catégorie "fille" ou "garçon". 

 

Discriminations sexistes

Les stéréotypes mènent aux préjugés et les préjugés aux discriminations :

  • Par exemple "les filles sont douces et gentilles" est un stéréotype.
  • "C'est parce qu'elles sont douces et gentilles qu'elles ne peuvent pas faire de bonnes directrices" est un préjugé, un jugement émis sur le groupe des femmes.
  • "Je ne vais pas engager une femme comme directrice car elle sera trop gentille" est une forme de discrimination.

Il est donc important de combattre les stéréotypes avant qu'une forme de discrimination ne s'installe dans la société. Une série de lois internationales et nationales protègent les droits des femmes. Pour plus d'informations, consultez les conventions internationales répertoriées par Amnesty International.

En Belgique, notre constitution stipule l'égalité des femmes et des hommes. Il existe depuis 2002 un Institut pour l'égalité des femmes et des hommes qui est chargé de veiller au respect de cette égalité et de combattre les discriminations. Le Ministère des Droits des Femmes a quant à lui été créé en 2014.

En cas de discrimination, il existe des organismes qui aident à réagir et formuler des plaintes comme le site Stop-Discrimination.