Un environnement institutionnel sexué

Les indicateurs de l'enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles en 2016 nous donnent des informations sur la représentation des femmes et des hommes parmi le personnel enseignant. On considère souvent que la profession s'est dévalorisée en raison de sa féminisation mais on peut poser le raisonnement inverse. L'instituteur avait autrefois un statu important dans le village car il était une des personnes les plus diplômées. La démocratisation de l'enseignement et l'augmentation du nombre de diplômé-e-s ont rendu le métier moins prestigieux et moins attractif financièrement, ce qui a facilité l'accès des femmes à la profession.

A l'heure actuelle, en Belgique francophone, les femmes représentent :

  • 97% du personnel enseignant en maternelle
  • 82% en primaire  
  • 60% en secondaire  
  • 11% des professeurs ordinaires à l'université

Si, autrefois, les postes de direction et d'inspection étaient le plus souvent tenus par des hommes, on constate une nette évolution ces dernières années. Dans l'enseignement fondamental ordinaire, la féminisation est la plus importante avec :

  • 63% de directrices
  • 58% d'inspectrices.

Dans l'enseignement secondaire ordinaire, on observe actuellement :

  • 43% d'inspectrices
  • 41% de directrices ou sous-directrices

Vous trouverez ci-dessous les tableaux des indicateurs de l'enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles en 2016.