Mixité scolaire

Les premiers lieux d'accueil de la petite enfance étaient des garderies. C'est en 1827 que fut ouverte la première "école gardienne" à Bruxelles avec, déjà, pour objectif de confronter les enfants à des activités d'éveil par le jeu. Depuis toujours, l'école maternelle est mixte, alors que l'école primaire séparait les filles et les garçons lorsque la commune avait les moyens de le faire. L'accès à tous les types d'enseignement pour les filles et les garçons, ainsi que pour les enfants des classes sociales défavorisées, et l'instauration de la mixité scolaire est le résultat d'un long processus.

La mixité est-elle apparue en raison d'idéaux égalitaires ? Non. Contrairement à ce que l'on croit, la mixité scolaire a été introduite non pas en raison d'idéaux égalitaristes mais selon une logique économique. Lorsque l'école est devenue obligatoire pour tous, le maintien de deux écoles (une pour les filles et une autre pour les garçons) dans chaque quartier ou ville est devenu trop cher. C'est donc d'une volonté de rationalisation financière qu'est née la mixité scolaire dans le primaire, avant de s'étendre au secondaire et, ensuite, aux formations universitaires et professionnelles.

L'introduction de la mixité a toutefois permis aux filles de recevoir une éducation plus complète et a permis d'avancer vers une certaines égalité des sexes. Avant, les formations étaient différentes selon le sexe : l'instruction que les filles recevaient visait à en faire de bonnes épouses et mères de famille, en leur délivrant un enseignement ménager d'une part, mais aussi en leur apprenant à lire, à écrire et à compter dans le but de tenir le budget familial.

Avec la mixité, outre quelques aménagements qui ont persisté pendant un temps (cours de couture pour les filles, ateliers de bricolage pour les garçons), les jeunes filles ont intégré les écoles de garçons et suivi les programmes scolaires qui étaient auparavant destinés au seul sexe masculin, avec des cours de sciences, de mathématiques... La mixité est alors perçue comme un tremplin vers l'égalité des sexes.

A propos de la mixité dans l'éducation sportive, consultez la page "Education physique et sportive".